David Fray, piano

Bach Variations Goldberg

Lundi 22 avril 17h30 – Abbatiale de Saint-Savin

 

Recueil touffu, fantasque, d’une rare intensité, les Variations Goldberg ne partent pas d’un point pour arriver à un autre, mais tournent autour d’un thème, une paisible aria d’Anna Magdalena en forme de sarabande sur le motif de basse de la gagliarda italiana (gaillarde italienne). Bach crée un immense univers en développant trente variations. Sans doute faut-il souligner leur formidable diversité, le musicien y réalisant en quelque sorte, la synthèse des formes qu’il utilise dans ses pages antérieures (duos, inventions, fugues, toccatas, ouverture à la française, etc…). Il faut relever les espaces laissés à la sensibilité, au cantabile, à l’émotion ou à la méditation. Il clôt le cycle par une réitération de l’aria, laissant suggérer que rien n’est achevé.

Bach affirmait modestement avoir « composé à l’intention des amateurs pour le plaisir de l’esprit », il nous laisse, en fait, l’incroyable synthèse de toute une vie de musique.

Son air de jeune premier et son élégance naturelle ont marqué les débuts de la fulgurante carrière du haut-pyrénéen David Fray. Formé à Tarbes puis à Paris par Jacques Rouvier et 2ème Grand Prix du Concours de Montréal, il s’est révélé au public par un étonnant et réussi premier enregistrement consacré à Bach et Boulez, un « mariage » original qui souligne sa personnalité et son goût pour les affinités musicales. Et c’est justement à la figure mythique du Cantor de Leipzig que David Fray consacrera son récital.

Partagez